vendredi 6 janvier 2017

Apprendre à dire non sans culpabiliser

Savoir dire non, voilà une compétence propre aux enfants que nous ne maitrisons plus une fois adultes.
Pendant la période du non, le tout petit, pour tester la réaction des autres et construire son identité s'amuse à rejeter tout ce qu'on lui demande. Il s'agit là plutôt d'un jeu que d'un caprice.

Crier NON!
Pourtant, notamment en entrant à l'école, il apprendra à se résigner, à "obéir" aux adultes. Ainsi, chacun de nous perd peu à peu cette facilité à dire non sans culpabiliser.

Il y a un an de cela, suite à des problèmes de santé, j'ai lu "Three Days to Vitality" de Pamela Serure et je me suis lancée dans un jeûne court. Quel rapport avec le fait d'apprendre à dire non? Au-delà du jeûne, ce sont les activités et exercices proposés pour accompagner le jeûne qui m'ont particulièrement inspiré.
L'un des exercices, en apparence anodin, a été pour moi une vraie libération : "Sreaming out the old, screaming in the new." D'après Pamela Serure, crier des mots aussi simple que "oui" ou "non" nous connecte à notre puissance intérieure.

Il s'agit de dire NON à tout ce qui est toxique dans notre vie : nourriture, pensées, relations ou habitudes malsaines. Nous avons passé toute notre vie à dire oui à des choses auxquelles nous aurions voulu dire non et ces oui forcés nous ont rempli de choses négatives.

Seulement, ce non qui est si difficile à dire, l'auteur nous propose de le crier, dans un oreiller, sur une plage déserte, dans un bois... et ainsi de signaler au monde que nous n'allons plus accepter ça. Cela permettra également d'envoyer ce message à notre moi profond.

Attention, vous pourriez bien y prendre goût! Une fois l'exercice amorcé, on ne pourra peut-être plus vous arrêter. Tout ce qui vous a rendu impuissant va sortir pour être expulsé de votre vie. Vous ne vous sentirez plus victime mais guerrier.

En effet, j'étais sceptique et timide au départ mais une fois lancée, j'ai senti que je ne pouvais plus m'arrêter, que j'avais besoin de sortir tous ces non retenus si longtemps.

Si vous vous prenez au jeu et que vous le pratiquez seul dans un endroit où vous pouvez crier librement, si vous vous laissez envahir par vos émotions, que vous criez non sans retenue comme le ferait un enfant... Enfin, vous verrez si vous ressentez vous aussi le pouvoir miraculeux du non.

Dans un deuxième temps seulement, vous pourrez pratiquer le OUI, dire oui à la santé, à la vitalité, à l'amour, au changement.